Technologies à Action Prolongée

Les technologies à action prolongée deviennent essentielles en santé publique car elles offrent un moyen simple mais efficace d'administrer des traitements sans l'inconvénient pour les patients de prendre des médicaments quotidiennement. Découvrez l'engagement du MPP dans ces traitements innovants.

Améliorer l’accès aux traitements à libération prolongée

Les médicaments à libération prolongée semblent être l’avenir de la gestion des soins de santé. En libérant/diffusant dans l’organisme la juste dose de principe actif dans la durée, ils réduisent le risque d’erreur et limitent considérablement la pharmacorésistance qui y est associée. Le secteur des traitements à libération prolongée est particulièrement dynamique ; divers acteurs se sont d’ailleurs réunis pour accélérer le développement de produits. Parmi eux se trouvent des bailleurs de fonds, des partenariats pour le développement de produits, des acteurs de l’industrie, de la recherche et de la société civile, des groupes de patients, des décideurs politiques, des groupements de spécialistes et des groupes de travail. Les traitements à libération prolongée sont déjà très présents dans les domaines de la contraception et du traitement de la douleur, du diabète et des troubles mentaux. Leurs technologies offrent de nouveaux systèmes de diffusion : dispositifs transdermiques et intra-utérins, implants et dépôts.

Les futures innovations biomédicales permettront le développement de ces produits de pointe pour les maladies infectieuses. Une stratégie d’accès à ces nouveaux produits est essentielle pour faire en sorte qu’ils soient mis à la disposition de tous ceux qui en ont besoin, sans délai, à des prix abordables et sous une forme adaptée, dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Ces pays ont en effet tendance à être laissés de côté lorsqu’un nouveau traitement est mis sur le marché. Les traitements à libération prolongée sont composés d’un ou de plusieurs principe(s) actif(s) pharmaceutique(s) et présenté(s) sous la forme d’une technologie permettant leur administration dans le cadre d’une thérapie ou de la prophylaxie, ce qui engendre généralement une situation compliquée, avec plusieurs niveaux de protection des actifs de propriété intellectuelle entravant l’accès à ces traitements. Le Medicines Patent Pool (MPP), grâce à son modèle éprouvé des licences volontaires et de la facilitation en lien avec les actifs de propriété intellectuelle, est un acteur incontournable dans ce contexte.  Le MPP met ses compétences en matière d’obtention et d’octroi de licences, d’identification de partenaires de développement et de commercialisation, de facilitation du transfert de technologies et de plaidoyer au sein des groupes de travail les plus dynamiques au service de l’adoption d’orientations internationales qui garantiraient l’accès de tous, partout dans le monde, aux technologies à libération prolongée pour un coût abordable.

Le travail mené par le Medicines Patent Pool dans le domaine des traitements à libération prolongée comprend notamment :

  • La réalisation d’une cartographie complète du domaine ;
  • La sensibilisation des détenteurs d’actifs de propriété intellectuelle pour garantir un accès plus rapide aux technologies à libération prolongée dans les pays à revenus faible et intermédiaire ;
  • La mise au point d’une base de données facile à utiliser
  • L’échange d’informations et le développement de collaborations en lien avec les technologies à libération prolongée susceptibles d’avoir un impact dans les pays à revenus faible et intermédiaire ;
  • La création d’un arbre de décision illustrant les options et les facteurs qui déterminent le lancement de négociations avec des détenteurs de brevets.

 

Phase d’examen du domaine:

Le Medicines Patent Pool (MPP) a commencé à s’intéresser aux technologies à libération prolongée en juillet 2019. La phase d’examen qui a suivi a eu pour but de s’intéresser à la manière dont le modèle du MPP pouvait être appliqué à ce nouveau domaine. Cet examen a été mené en en lien étroit avec trois subventions d’Unitaid visant l’accélération du développement de médicaments existants sous une forme à libération prolongée pour la prévention du paludisme et de la tuberculose et le traitement du VIH et de l’hépatite C. Les actifs de propriété intellectuelle correspondant aux trois projets seront protégés par des brevets pour lesquels des licences seront concédées au MPP. Le travail du MPP dans le domaine des traitements à libération prolongée facilitera le développement, garantira l’implication des partenaires commerciaux et permettra de veiller à ce que les produits soient accessibles là où ils sont nécessaires.

Le MPP est appelé à jouer un rôle de premier plan dans le cadre des trois subventions d’Unitaid suivantes :

  1. LONGEVITY – Un projet mené par l’Université de Liverpool, qui permettra la mise au point de formulations à libération prolongée pour la prévention du paludisme et de la tuberculose, ainsi que le traitement de l’hépatite C ;
  2. GLAD – Un projet mené par l’Université de Washington, qui a pour but de remplacer un traitement combiné contre le VIH se présentant actuellement sous la forme de comprimés contenant du dolutégravir par un traitement injectable ayant une durée d’action d’un à trois mois.
  3. IMPACT – Un projet mené par MedinCell, qui vise à mettre au point une solution pour neutraliser le vecteur de transmission du paludisme et qui pourrait être administré par injection sous-cutanée d’une durée de trois mois.

Publications connexes

MPP Logo

Abonnez-vous à notre newsletter

Créé et financé par

Unitaid Logo

Autres financements

Ce site web utilise des cookies pour vous assurer une expérience utilisateur optimale. En savoir plus