Média » Déclaration à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

Déclaration à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

Cette journée mondiale de lutte contre la tuberculose est marquée par un contexte particulier, celui d’une crise sanitaire mondiale qui touche chacun d’entre nous. Face à l’augmentation du nombre de malades de la COVID-19, une maladie infectieuse qui s’attaque au système respiratoire pour laquelle aucun traitement ni vaccin n’existe, je ne peux m’empêcher de penser à la tuberculose.

Avant la fin de cette journée et dans le monde, 4 000 personnes vont mourir de la tuberculose et près de 30 000 vont contracter cette maladie, qui peut être évitée et pour laquelle un traitement existe[1]. La plupart des personnes touchées vivent dans des pays à revenus faible et intermédiaire, et beaucoup sont coinfectées par le VIH.

En début d’année, je me suis rendu en Ukraine pour rencontrer certains de nos principaux partenaires et évoquer l’impact du travail mené actuellement par le Medicines Patent Pool (MPP) pour un meilleur accès aux traitements contre le VIH et l’hépatite C. Le mandat du MPP englobe la lutte contre la tuberculose, et j’ai profité de cette occasion pour m’entretenir avec le ministère de la Santé et les ONG Alliance for Public Health et 100%Life sur la situation actuelle dans le pays.

L’Ukraine a accompli d’importants progrès dans la lutte contre la tuberculose. Les dernières estimations montrent qu’environ 20 000 cas sont diagnostiqués par an, un chiffre en baisse constante ces dernières années. Malgré cela, la tuberculose multirésistante, avec un taux de réussite du traitement de seulement 49 %, reste très présente et concerne 30 à 35 % des nouveaux cas. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe l’Ukraine parmi les 20 pays qui connaissent l’incidence la plus élevée de tuberculose multirésistante[2]. Fin 2019, l’OMS a publié une communication rapide (en anglais) sur les principales modifications apportées aux recommandations pour le traitement de la tuberculose multirésistante, en introduisant un nouveau médicament, la bédaquiline, pour le traitement des patients présentant une résistance à la rifampicine. L’Ukraine espère que ces nouvelles directives permettront d’obtenir de meilleurs résultats. Par ailleurs, alors que le pays est en train de sortir du mécanisme de financement du Fonds mondial, l’accès à des médicaments abordables contre la tuberculose va être essentiel.

Le MPP veut garantir l’accès de chacun au traitement dont il a besoin. En rendant possible l’accès à des médicaments génériques abordables et de qualité garantie, notre contribution à la lutte contre le VIH et l’hépatite a permis aux pays de réaliser des économies substantielles. Notre dernière déclaration d’impact montre que, entre 2012 et 2019, l’action du MPP a généré pour les pays des économies de 1,44 milliard de dollars américains (USD), ce qui correspond à 31,4 millions d’années-patients de traitements, soit 11,7 milliards de doses de médicaments. Pour les six derniers mois de 2019 uniquement, le travail du MPP a permis d’économiser 210 millions USD et de distribuer deux milliards de doses de médicaments.

En octobre 2019, le MPP a signé un accord de licence avec Pfizer pour faciliter le développement clinique du sutézolid, un traitement expérimental contre la tuberculose. Pfizer a ainsi octroyé au MPP une licence non exclusive et sans redevance couvrant tous les pays. Celle-ci autorise les futurs détenteurs de sous-licence à accéder aux données et résultats de Pfizer concernant les essais précliniques et cliniques de phase I et IIa, afin de poursuivre l’étude, le développement et la mise sur le marché de cet antituberculeux prometteur, qui fait partie des nouveaux traitements recommandés. Le MPP a pu identifier des médicaments prometteurs pour la lutte contre la tuberculose grâce à sa méthode de hiérarchisation des priorités, qui s’appuie sur le travail de son Comité d’experts consultatifs et de son Groupe consultatif scientifique, et à la collaboration avec des acteurs de la santé mondiale. L’objectif est de proposer un plus grand nombre de médicaments génériques (aux adultes et aux enfants) et de sélectionner les traitements qui pourraient jouer un rôle majeur dans le futur, au vu des essais cliniques en cours. Nous travaillons avec Global Drug Facility, le plus important fournisseur de médicaments contre la tuberculose, qui comprend les besoins des pays. Il reste tant à faire pour garantir aux pays, et plus particulièrement aux personnes touchées par la tuberculose multirésistante, un accès à des médicaments abordables et de qualité garantie.

Alors qu’environ 10 millions de personnes contractent la tuberculose chaque année, la perspective du COVID-19 est effrayante, en particulier pour les patients récemment diagnostiqués, ceux actuellement sous traitement ou les personnes souffrant d’une maladie sous-jacente. Le monde espère qu’un nouveau traitement va être mis au point contre la COVID-19, et le MPP est prêt à offrir son soutien à l’accès au traitement dans les pays à revenus faible et intermédiaire en mettant à profit son mécanisme d’octroi de licences volontaires. MedsPaL, notre base de données sur les brevets, contient les dernières informations relatives au remdesivir, au favipiravir et au lopinavir/ritonavir, trois produits aux essais cliniques prometteurs. Nous continuerons de la tenir à jour en incluant les futurs traitements contre la COVID-19. Le MPP s’engage à poursuivre son travail avec les laboratoires détenteurs de princeps et les fabricants de génériques, en partenariat avec la communauté de la santé mondiale, afin de mettre les meilleurs traitements possibles à la disposition de ceux qui en ont le plus besoin.

Alors que nous célébrons l’édition 2020 de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose en plein confinement, depuis chez nous, nous ne devons pas oublier de rester unis en ces temps difficiles. Combinons nos efforts pour lutter contre les maladies infectieuses des poumons, sous toutes leurs formes.

Il est temps de mettre fin à la tuberculose.

Charles Gore

 

[1] https://www.who.int/tb/en/ (en anglais). En 2018, 1,2 million de personnes sont mortes de la tuberculose et 10,8 millions ont contracté la maladie.

[2] Rapport 2019 sur la tuberculose de l’OMS (en anglais) https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/329368/9789241565714-eng.pdf?ua=1

Ce site web utilise des cookies pour vous assurer une expérience utilisateur optimale. En savoir plus